Coronavirus : Tesalys pousse sa production de machines de traitement des déchets médicaux

Pour répondre à la demande des hôpitaux et laboratoires, Tesalys, membre de BIOMED Alliance Toulouse,  fait tourner à plein son unité de production de machines de traitement des déchets à risques infectieux à Saint-Jean (Haute-Garonne). Si l’approvisionnement suit, la PME pourrait tenir dès cette année l’objectif de livrer 200 machines.

Depuis le déclenchement de la crise du coronavirus en Chine, les équipes de Tesalys (20 salariés, CA 2018 : 4,5 M€) sont sur le pied de guerre. La demande pour ses machines de traitement des déchets infectieux, qui se concentrait dans les pays asiatiques en début d’année, vient désormais de tous les continents. « Une quinzaine de pays nous ont sollicités : nous avons des machines en partance pour le Brésil, l’Amérique Centrale, et des demandes pour l’Afrique, l’Europe, l’Amérique du Nord… L’atelier a été adapté pour respecter les règles de distanciation et les gestes barrières, et nous avons pu maintenir la production à son maximum », indique Miquel Lozano, président et cofondateur de Tesalys.

Tensions sur la logistique

Grâce à une levée de fonds de six millions d’euros début 2019, la PME haut-garonnaise a intégré en septembre dernier un bâtiment de 1 500 m2 à côté de son siège. Les deux nouvelles lignes de production devaient lui permettre de doubler sa capacité annuelle de livraison, de 100 à 200 machines : l’objectif pourrait être atteint dès cette année. Du moins si l’approvisionnement n’est pas trop perturbé par l’arrêt de la production chez certains fournisseurs.

Sécuriser les financements

En dehors des six salariés de l’atelier, les collaborateurs de Tesalys sont tous en télétravail. Outre la gestion des approvisionnements et des expéditions, une de leurs missions est de sécuriser les financements. Car si la demande de machines ne se dément pas, l’urgence médicale contraint les hôpitaux et laboratoires à effectuer des arbitrages. « Ces dernières semaines, la priorité est plutôt allée sur les achats de consommables type masques et blouses, pour protéger soignants et patients. Ensuite seulement les structures sanitaires s’attaqueront aux effets collatéraux, comme le traitement des déchets à risques infectieux », analyse Miquel Lozano.

Source : Le Journal des Entreprises, Paul Falzon, le 09 avril 2020

Article dans son contexte ici.

La une de nos adhérents

L’interview focus adhérent : KYLI

Imaginée depuis près de 5 ans, KYLI propose aux laboratoires de recherche scientifique une solution de digitalisation des activités R&D […]

Medesis Pharma dépose avec Transgene un brevet européen, fruit de leurs travaux communs

Medesis Pharma, société de biotechnologie pharmaceutique développant des candidats médicaments avec sa technologie propriétaire d’administration de principes actifs en nano […]

Flash Therapeutics change de dimension pour devenir un leader de la bioproduction des technologies lentivirales à ADN et ARN

TOULOUSE, le 7 septembre 2021 – Afin de répondre à une demande mondiale en forte croissance dans le domaine des […]

Notre actualité

Un vaccin 100% français administrable par voie nasale, contre la COVID-19 : résultats pré-cliniques positifs

 Depuis un an, l’équipe de recherche BioMAP de l’UMR INRAE-Université de Tours Infectiologie et Santé Publique s’est engagée dans la […]

PERSIST-SEQ scrute les cellules cancéreuses pour comprendre leur résistance aux traitements

Le projet collaboratif public-privé PERSIST-SEQ soutenu par l’IMI vise d’abord à normaliser les processus de préparation des échantillons en vue […]

Le Centre international de recherche sur le cancer presse l’Union européenne d’adopter le logo Nutri-score

Alors que le Nutri-score est vivement contesté par certains industriels et producteurs, le CIRC prend position en faveur de cet […]