Echec de la phase 3 pour Kevzara (Sanofi) contre le Covid-19

Sanofi annonce aujourd’hui que l’essai international de phase III évaluant Kevzara® (sarilumab) administré par voie intraveineuse à une dose de 200 mg ou de 400 mg à des patients hospitalisés pour une forme sévère ou critique de COVID-19 n’a pas atteint son critère d’évaluation principal ni secondaire, comparativement au placebo et, dans les deux cas, en plus des soins hospitaliers habituels.

Cet essai randomisé a inclus 420 patients et a été mené en dehors des États-Unis, à savoir en Argentine, au Brésil, au Canada, au Chili, en France, en Allemagne, en Israël, en Italie, au Japon, en Russie et en Espagne (86 patients dans le groupe placebo, 161 dans le groupe 200 mg, et 173 dans le groupe 400 mg).

« Bien que cet essai n’ait pas donné les résultats que nous espérions, nous sommes fiers du travail accompli par l’équipe qui en a eu la charge pour approfondir nos connaissances sur l’utilisation potentielle de Kevzara dans le traitement de la COVID-19 », a déclaré le docteur John Reed, Ph.D., Responsable Monde de la Recherche et Développement de Sanofi. « Dans des moments comme celui-ci, la conduite d’essais cliniques bien conçus et contrôlés permet de recueillir les données et connaissances dont la communauté scientifique a besoin pour prendre des décisions fondées sur des données factuelles. Sanofi s’engage à contribuer à la lutte contre la pandémie mondiale de COVID-19, en particulier en développant des candidats-vaccins qui pourront être fabriqués à grande échelle. »

Bien que non statistiquement significatifs, les résultats numériques font observer une réduction tendancielle de la durée de l’hospitalisation, ainsi qu’une accélération du délai écoulé jusqu’à ce qu’une amélioration clinique soit observée, telle que mesurée par une amélioration de 2 points sur une échelle à 7 points, par rapport au score de départ. De plus, une réduction tendancielle de la mortalité a été observée dans le groupe de patients présentant une forme critique de COVID-19 – ce qui n’a pas été le cas dans le groupe de patients présentant une forme sévère de la maladie. Enfin, au cours des deux premières semaines de traitement, le délai écoulé jusqu’à la sortie de l’hôpital a été écourté de 2 à 3 jours (résultat non statistiquement significatif) chez les patients traités par Kevzara.

Entre 26 % et 29 % des patients traités par Kevzara et 24 % des patients traités par placebo ont présenté des événements indésirables graves. L’incidence des événements indésirables mortels s’est établie à environ 10 % dans les trois groupes de traitement. Des infections graves (en particulier des pneumonies liées à la COVID-19) ont été observées chez 11 % à 13 % des patients traités par Kevzara et chez 12 % des patients traités par placebo.

Des résultats détaillés seront soumis à une publication scientifique avec comité de lecture dans le courant de l’année. Pour l’heure, ni Sanofi ni Regeneron ne prévoient la conduite d’autres études cliniques sur Kevzara dans le traitement de la COVID-19.

Lire le communiqué de presse dans son intégralité

La une de nos adhérents

Biotech : pourquoi Antabio s’apprête à lever 15 millions d’euros

Dirigée par Marc Lemonnier, l’entreprise toulousaine Antabio s’apprête à lever 15 millions d’euros pour passer un cap dans ses recherches. […]

En Occitanie, Pylote et Biotex mettent au point un masque antimicrobien

PYLOTE, membre de BIOMED Alliance intègre de nouvelles fonctions dans les produits finis grâce aux propriétés innovantes de ses nano- […]

Medesis Pharma s’introduit en bourse

Medesis Pharma, biotech Montpelliéraine, membre de BIOMED Alliance, s’introduit en bourse sur Euronext Growth Paris. Fondée en 2003, la biotech […]

Notre actualité

Webinaire sur les dispositifs de soutien aux entreprises de la filière santé

Le 3 mars s’est déroulé un webinaire relatif aux dispositifs de soutien nationaux à destination des entreprises de la filière […]

Covid-19 : ces BioTech françaises dans la course aux vaccins

Flash Therapeutics, membre de BIOMED Alliance revendique  « une approche complémentaire à celle développée par Pfizer ou Moderna » . […]

Vaccin anti-covid : surchauffe chez Koovea, spécialiste de la chaîne du froid

La start-up de Montpellier est en hypercroissance. Sa solution de surveillance de la chaîne du froid convient parfaitement au transport […]