L’interview adhérent : Focus ANTABIO

ANTABIO, société biopharmaceutique privée spécialisée dans le développement de nouvelles thérapies contre les infections multirésistantes sévères et mortelles vient de recevoir un financement de 4 millions d’euros, Marc Lemonnier, fondateur et CEO nous en parle et nous livre sa vision de entrepreneuriat.

 

 Marc Lemonnier, quel est votre parcours professionnel ? Qu’est-ce qui vous a amené à créer ANTABIO ?

Je suis docteur en biologie spécialisé dans les bactéries. J’ai fait ma thèse à l’Université Paul Sabatier dans un laboratoire du CNRS sur des thématiques fondamentales telles que le cycle cellulaire des bactéries.

Au cours de mes expériences professionnelles j’ai travaillé sur des bactéries pathogènes et notamment les bactéries virulentes et résistantes. Ma connaissance des mécanismes permettant aux bactéries d’infecter et tuer l’Homme m’a amené à être en capacité d’identifier de nouvelles cibles pour trouver de nouveaux traitements contre les infections bactériennes. C’est ce qui m’a amené à un certain moment à l’idée de créer une société. J’étais aux États-Unis à ce moment-là, j’ai arrêté la recherche académique pour me consacrer exclusivement au démarrage du projet qu’est devenu ANTABIO, société créée en 2009.

Mon séjour aux États-Unis a été déterminant. J’y ai passé 2 ans à mûrir et préparer le projet, comprendre le  marché, les besoins des patients. Cette période a permis de valider le projet et mon potentiel entrepreneurial.                                                                                                                      Marc Lemonnier, CEO d’ANTABIO

Pourquoi avoir choisi d’implanter ANTABIO à Toulouse ?

En 2009 en France il y avait énormément d’aides pour la création d’entreprises, notamment OSEO(a) et le Crédit Impôt Recherche. J’ai choisi Toulouse car il y avait un réseau, des aides de la Région, notamment à travers l’Incubateur Midi-Pyrénées, et le SICOVAL(b). Nous avons pu avoir accès à des locaux dont les loyers sont très compétitifs en comparaison à Paris ou aux Etats-Unis, là où sont nos concurrents.

Comment avez-vous constitué votre équipe ?

L’équipe a été constituée de jeunes diplômés et de personnes d’expérience dans l’industrie pharmaceutique ayant déjà amené des médicaments sur le marché. Nous nous adressons à un marché mondial. Nous n’avons jamais hésité à faire appel à des gens à l’international. Nous avons une filiale en Angleterre qui emploie deux cadres pharmaceutiques et une filiale aux États-Unis avec deux personnes aussi. Dans le futur, le pilotage du développement clinique se fera aux Etats-Unis, la recherche reste à Labège.

Comment attirer des personnes reconnues dans le domaine lorsqu’on lance son entreprise ?

Il y a d’autres moyens que financiers pour intéresser ces personnes et leur faire prendre des risques. Le rôle du CEO est de montrer à ces personnes le potentiel du projet. ANTABIO traite le sujet des infections mortelles donc il y a une vraie question de vie ou de mort pour les patients. C’est ce qui motive l’équipe, et moi le premier, à ne jamais renoncer.

Vous avez eu une actualité forte le mois dernier pouvez-vous nous en parler ?

Nous venons effectivement de recevoir jusqu’à 4 millions d’Euros (4,4 millions de dollars US) dans une deuxième tranche de financement attribué par CARB- X (c). Ce financement est destiné à soutenir les prochaines étapes de développement du nouveau candidat-médicament d’ANTABIO pour le traitement des infections à Pseudomonas aeruginosa chez les patients atteints de mucoviscidose.

Sur ce projet, nous sommes passés de la recherche au développement, c’est une étape très importante. Nous avons notre candidat pour la clinique et les 4 millions que nous venons de recevoir seront utilisés pour faire progresser le programme Inhibiteur d’Elastase de Pseudomonas d’ANTABIO (« PEi ») jusqu’à la fin des études précliniques non-GLP qui nous permettront de constituer le dossier réglementaire pour monter le dossier clinique de phase I.

 Quels sont les clés du succès de ces levées de fonds ?

C’est clairement l’expérience et la crédibilité apportées par les membres de l’équipe qui sont là depuis le début et continuent à être dans le projet qui sont une des clés de ces succès. Leur implication est rassurante et donne confiance aux financeurs. Nous avons eu la reconnaissance du Wellcome Trust (d) qui a investi dans ANTABIO deux fois. Nous sommes une des rares société au monde à avoir bénéficié deux fois de cet investissement et nous sommes les seuls en France à avoir eu un financement de CARB-X.

Quelles sont les principales difficultés/obstacles devant vous pour le développement de vos projets ?

Le frein majeur est l’accès au financement. Nos activités sont très consommatrices de cash et nous ne nous finançons que par les levées de fonds de car nous ne sommes pas une société de service. Notre modèle économique est de générer des revenus via des accords de partenariat de licence avec des industries pharmaceutiques. Ces revenus arriveront en clinique.

En ce moment nous préparons une nouvelle levée de fonds, typiquement c’est le genre de choses qu’on n’arrête pas de faire dans une société comme la nôtre. Nous avons toujours besoin de financements supplémentaires.

Quelles est la plus belle réussite de votre entreprise/entrepreneuriat ?

La globalité du projet est notre plus belle réussite : Nous sommes partis d’une idée sur le papier et aujourd’hui 3 programmes sont en préclinique, c’est à dire en train de préparer leur entrée en phase clinique chez l’Homme (NDRL : MLBI, SBLi et PEi, voir le communiqué de presse). Cette satisfaction est associée au fait que nos associés qui ont une crédibilité mondiale ont non seulement soutenu le projet au départ, mais sont toujours là et toujours aussi motivés.

Avec le recul qu’est-ce que vous feriez différemment dans votre parcours de création/développement de votre entreprise ?

Je pense qu’une start-up c’est comme un petit voilier au milieu d’un océan déchaîné, on peut prendre parfois des directions qui ne sont pas les plus pertinentes cela fait partie de l’apprentissage. Mais quand je regarde en arrière je ne regrette pas d’avoir misé sur la qualité, sur l’éthique, sur le travail bien fait. Nous avons peut-être été plus faibles dans le réseautage national qu’international, mais cela s’explique aussi par le fait que la problématique des résistances aux antibiotiques est une problématique mondiale, le marché est surtout les États-Unis.

Quel est d’après vous l’impact de l’entrepreneur sur le développement et la trajectoire de son entreprise ?

Je pense qu’au début tout ne repose que sur le chef d’entreprise, sur la vision qu’il a de son projet. Puis lorsque l’entreprise grandit et mûrit, le rôle du chef d’entreprise se dilue mais son empreinte reste dans chacun des salariés et des partenaires.

Les sociétés sont un peu comme un être humain qui passe de l’enfance à l’adolescence et l’âge adulte en changeant de forme et de tête, c’est la nature des choses.

Je vois mon rôle de fondateur d’ANTABIO exclusivement et totalement comme celui de quelqu’un qui donne la vision et la direction et s’évertue à essayer de garder la cohésion et amener le projet vers le succès. Si par la suite le succès passe par des restructurations et des départs, y compris le mien, ce sera dans la nature des choses. Il faut regarder loin et penser au succès ; Le succès n’est pas une histoire d’ego mais une histoire de résultats.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes entrepreneurs/entreprises ?

Pour quelqu’un qui se lance il faut bien sûr avoir de la ténacité, être convaincu par son projet mais rester ouvert et reconnaître lorsqu’on fait fausse route et savoir alors s’adapter. Mais je dirai que le plus important est de ne pas hésiter à échanger avec d’autres entrepreneurs et notamment ceux qui ont eu des succès, mais pas seulement, parce que les échecs sont aussi formateurs : Un entrepreneur qui est passé par toutes ces étapes de conviction, de doute, de levée de fonds et de déception, toutes ces montagnes russes c’est irremplaçable comme aide. BIOMED Alliance, est par exemple typiquement l’endroit ou ce type d’échanges et possible et facilité. Je soutiens beaucoup cette idée de partage entre les entrepreneurs, expérimentés et plus novices.

Claire Toutin

BIOMED Alliance


Cet article est issu de propos libre récoltés lors d’un entretien, avec l’aimable autorisation de Monsieur Marc Lemonnier, CEO de ANTABIO.

ANTABIO est basée à Toulouse (31). Elle emploie 20 personnes.

https://antabio.com/


(a) Oséo est une entreprise privée avec délégation de service public, qui finance les PME françaises pour l’emploi et la croissance : innovation, investissement, international, création et transmission. En juin 2013, elle a été fusionnée avec CDC Entreprises, le FSI et FSI Régions pour créer la Banque publique d’investissement (Bpifrance)

(b) Le SICOVAL est la communauté d’agglomération du sud-est toulousain

(c) Combating Antibiotic-Resistant Bacteria Biopharmaceutical Accelerator (CARB-X) est un partenariat public-privé global à but non lucratif dédié à l’accélération de la R&D antibactérienne précoce pour répondre à la menace mondiale croissante des bactéries multirésistantes.

(d) Le Wellcome Trust est une fondation caritative finançant la recherche biomédicale, elle est la seconde fondation caritative au monde après celle de Bill Gates. Sa mission est d’encourager et promouvoir la recherche afin d’améliorer la santé

La une de nos adhérents

Imactiv-3D réalise une alliance stratégique avec NeoVirTech pour développer une plateforme unique 3D

Cette alliance vise à développer une plateforme unique combinant de l’expertise  et des outils innovants dans le but de faire […]

l’interview adhérent : Focus PYLOTE

PYLOTE développe, produit et commercialise une solution unique de protection naturelle brevetée. Elle vient de mettre sur le marché pour […]

Pylote détruit près de 99.99% du Covid sur les surfaces

La société Pylote, membre de BIOMED Alliance est mis en avant dans La dépêche cette semaine suite à sa certification […]

Notre actualité

Baromètre de l’activité internationale des entreprises françaises de la Team France Export – Région Occitanie

La Team France Export, partenaire de BIOMED Alliance, rassemble toutes les solutions publiques proposées par les Régions, les services de […]

Appel à Manifestation d’Intérêt portant sur des capacités de production de produits thérapeutiques liés au COVID-19 et à ses conséquences

Dans le contexte d’urgence sanitaire actuel, le Gouvernement a décidé d’aider les entreprises et leurs partenaires publics proposant des solutions […]

CRISE SANITAIRE – Analyse de l’enquête lancée par BIOMED Alliance auprès de ses adhérents

Suite à une enquête lancé en avril auprès des adhérents de BIOMED Alliance, il apparaît que le secteur santé présente […]